La parole aux votes blancs

533 473 votes blancs ont été comptabilisés au premier tour de l’élection présidentielle ; autant de votes qui ne sont pas pris en compte, car mis au même rang que les bulletins nuls ou que les abstentions. A l’approche du second tour, le Magazine.info a voulu donner la parole à Olivier Durand, fondateur de l’Association pour la comptabilisation du vote blanc.

Lemagazine.info : Il y a les abstentionnistes d’un coté, et ceux qui se déplacent pour voter blanc de l’autre. Selon vous, quel message veulent faire passer ces derniers ?

Olivier Durand : Voter Blanc signifie 3 choses. D’abord, un citoyen qui vote blanc tient à l’acte électoral. Ensuite, il utilise ce vote pour dire qu’il n’est pas satisfait des candidats, et le troisième point, auquel je tiens beaucoup, est qu’un vote blanc est un acte qui porte un sens : quelque chose ne va pas, je veux plus que ce que vous proposez, ou autrement. Je vous donne carte blanche pour vous adapter. Disons que par cet acte, on dit : « je refuse de m’abstenir, mais je ne veux voter pour aucun candidat ». C’est une demande de changement, pas un abandon du rôle d’électeur. On dit trop souvent que celui qui vote blanc est perdu, qu’il ne comprend pas le débat politique ou que ça le désintéresse. Parmi les membres de l’association, il y a des citoyens impliqués, politiquement, mais aussi au niveau associatif. Ils ne fuient pas les débats politiques. Ce ne sont pas des abstentionnistes qui votent pour soulager leur conscience. C’est un acte qui porte un sens : quelque chose ne va pas, je veux plus que ce que vous proposez, ou autrement.

Lemagazine.info : Pourquoi ce vote n’est-il pas reconnu ? Dérange-t-il la classe politique ?

Olivier Durand : Prendre en compte le vote blanc, le reconnaître, c’est donner quelque chose aux électeurs. C’est quelque chose que les hommes politiques ne maîtriseront plus. Le citoyen possédera ce droit, et en fera ce qu’il veut. Ca fait peur.

Lemagazine.info : Pouvez-vous expliquer en quelques mots le rôle de votre association ?

Olivier Durand : Depuis qu’elle a été créée, en 1994, l’Association pour la reconnaissance du vote blanc milite pour que ce type de bulletin soit comptabilisé dans les suffrages exprimés lors des scrutins. Notre but premier est d’argumenter. C’est la raison pour laquelle nous rencontrons des universitaires, ceux qui veulent réfléchir sur la question en tout cas. C’est vrai que ce n’est pas aussi porteur que le fait de se présenter à une élection comme le fait le parti blanc, mais notre rôle à nous, c’est de réfléchir et de comprendre les comportements.

Lemagazine.info : En parlant de comportements, savez-vous qui vote blanc aujourd’hui ?

Olivier Durand : Il faudrait revoir les chiffres pour l’élection présidentielle de cette année, mais il me semble que ce sont plus les âges extrêmes, les jeunes et les anciens. Au niveau géographique, les départements qui ont le plus recouru aux bulletins blancs jusqu’à présent appartiennent à ce qu’on appelle communément « la France profonde ». En règle générale, le centre de la France et le sud-ouest sont des viviers de votes blancs. Les zones urbaines sont moins friandes de ce genre d’expression. Les régions parisienne, lyonnaise, marseillaise et toute la Côte d’Azur ont toujours des pourcentages en dessous de la moyenne.

Lemagazine.info : L’un des arguments contre la prise en compte du vote blanc consiste à dire qu’une élection doit servir à choisir un candidat. Le vote blanc, parce qu’il exprime une voix « contre » et non pas « pour », irait à l’encontre de ce principe démocratique. Que répondez vous à cela ?

Olivier Durand : Le discours actuel des politiques est de dire « votez pour », « votez utile », « le vote sert à choisir un vainqueur ». L’élection n’est pas représentée comme le moment de la Nation, où l’on applique le principe d’égalité, quelque soit les diplômes, la classe sociale, où chacun a sa voix… avec, bien sûr, une majorité légitime sortante à la fin. Non, aujourd’hui c’est le vote utile. Il faut désigner quelqu’un quoi qu’il arrive, trichons, masquons les chiffres, supprimons les bulletins qui nous empêchent d’avoir une majorité. Le résultat, c’est que ça amène à l’abstention parce que les électeurs se sentent considérés comme de la chair à bulletin.

Lemagazine.info : François Bayrou n’appelle à voter pour aucun des candidats du second tour de l’élection présidentielle. Appelle-t-il à voter blanc ?

Olivier Durand : Non, et c’est justement ce que nous lui reprochons en ce moment. Il n’appelle pas à voter blanc alors qu’il ne soutient aucun candidat et qu’il se dit favorable à la prise en compte des votes blancs dans les résultats de scrutins, tout comme Corinne Lepage d’ailleurs. La situation va peut être évoluer, nous sommes attentifs à ses discours, mais il nous semble que c’est le moment d’aller au bout des choses.

Lemagazine.info : Que pensez vous de la proposition actuelle du vote obligatoire ?

Olivier Durand : C’est une parade pour effacer la question de reconnaissance du vote blanc. Comme tout le monde sera obligé d’aller voter, il n’existera plus de différence entre ceux qui s’abstiennent et ceux qui se déplacent pour exprimer un mécontentement. Les commentateurs politiques et les médias expliqueront que ces voix là sont celles d’électeurs qui ne voulaient pas voter et qui, pour ne pas payer d’amende, sont allés aux urnes en glissant un bulletin blanc dans l’enveloppe. Si la république respecte ce qu’est l’élection et en fait un moment de démocratie, l’égalité, les principes de la république… et que personne n’y va, oui il y a un problème. Mais si elle n’est qu’un manège entre candidats qui se disputent des voix pour attraper le pompon, c’est nettement moins intéressant.

Pour aller plus loin :

Site internet de l’association pour la reconnaissance du vote blanc :

http://www.vote-blanc.org/articles.php?lng=fr&pg=61

Site internet du parti blanc :

http://www.partiblanc.fr/

 



Partagez avec Facebook

Le 4 mai 2007

galerie photos
paris01.jpg
articles les plus lus
Pub

AccueilActualitéCultureInterviewGalerie photosÉditoQui sommes-nous?
Copyright © 2004-2008 lemagazine.info | tous droits réservés | Designé & Développé par Ilich Chamorro

SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0