Trophée Bompard : Péchalat-Bourzat enflamment Bercy

Les patineurs français l’attendent chaque année avec impatience. L’une des premières compétitions de la saison, le Trophée Eric Bompard, leur permet de tester les nouveaux programmes devant le public de l’hexagone. Du 16 au 18 novembre, ce sont plus de 5 000 spectateurs qui se sont réunis au Palais Omnisport de Paris Bercy pour soutenir leurs favoris. Ils ne sont pas repartis déçus. Péchalat et Bourzat ont remporté sans grande surprise l’or. Amodio a su se battre après son programme court raté et décrocher une place sur le podium. 
 

Nathalie Pechalat et Fabian Bourzat - DR
 
Ils deviennent de grands habitués du petit écran et de l’antenne. Nathalie Péchalat et Fabian Bourzat se font régulièrement inviter aux diverses émissions, dès qu’ils sont de passage en France. Le couple de danse français porte la lourde étiquette des espoirs à la médaille d’or aux JO de Sotchi la saison prochaine. Leurs plus grands concurrents étant absents du Trophée, ils ne pouvaient pas se permettre de priver Bercy de la Marseillaise. Accompagnés des Rolling Stones, ils ont emmené le public dans les années 60 avec un programme libre d’une grande difficulté technique. Les portés originaux, leur marque de fabrique, ont été appréciés par les juges d’un niveau 4, même s’ils se sont pris une déduction de -1 sur une figure trop longue. « Ce soir, nous avons réussi à patiner un programme propre d’une meilleure qualité qu’à la Coupe de Chine, il y a 15 jours. Nous avons changé entre temps quelques transitions et nous nous sommes sentis plus à l’aise », confie Péchalat en sortant de la glace. Leurs pas de retournement d’un niveau 3, leur laissent toutefois une petite marge de progression. « Nous savons ce qu’il nous reste à faire : rentrer à Détroit et bosser sur nos twizzles » lance Bourzat. A la Finale du Grand Prix, il faudra tenter d’augmenter leur score (168.90) de quelques points, s’ils veulent prétendre à la première marche du podium.
 
La médaille d’argent de la catégorie danse a été remportée par les Italiens Anna Cappellini - Luca Lanotte, en constante progression, qui n’ont rien lâché malgré la chute de Luca en début de leur Carmen. Ils ont été suivis des Russes Ekaterina Riazanova - Ilia Tkachenko.
 
Amodio réussit l’impossible
 
La catégorie hommes a connu de surprenants chamboulements. Après un début de saison très mitigé, Brian réussit à s’imposer en prenant la 3ème place provisoire après son programme court très disco et résolument moderne. Mais le lendemain, il chute sur son quadruple boucle piqué et ne présente pas de combinaison triple-triple, ce qui le rétrograde à la 4ème place. 
 

Florent Amodio - DR
 
De son côté, Florent Amodio commet plusieurs erreurs importantes sur son programme court. Dans le kiss and cry, il attend ses notes dépité, la tête cachée dans ses mains. Les 60.13 points le descendent à la 7ème place provisoire, loin de celle qu’il espérait. Avec une remise en question immédiate, il annonce dès la sortie de la piste sa décision de changer son programme pour la prochaine compétition. L’échec lui donne en même temps la rage pour le lendemain. Le jeune Français de 22 ans, originaire du Brésil, est bien décidé à se battre samedi pour le podium. Dès les premières notes de Jumping Jack, il dessine sur la glace le tant appréhendé quadruple Salchow, puis enchaine sept triples sauts. Son passage de pas rythmé démontre une fois de plus ses qualités exceptionnelles de danseur. Les mouvements travaillés au rythme de hip-hop font lever Bercy des strapontins. A la fin du programme, Amodio lance les bras vers le ciel, remporte le libre et devient instantanément le chouchou du jeune public féminin. Au combiné des épreuves, il monte à la troisième place du podium avec 214.25 points. « J’ai beaucoup parlé avec mon entraineur vendredi soir, j’ai réussi à me changer les idées et à me dire que tout était possible, qu’il ne fallait pas baisser les bras. Mon ultime objectif était de me battre et de tout donner lors du libre », laisse entendre Amodio. « Aujourd’hui, je suis fier de moi, fier d’avoir su montrer ce que je savais faire en entrainement. Mon travail dur a porté ses fruits », continue-t-il, grand sourire au visage. 
 
Le Japonais Takahito Mura (230.68 points) et l’Américain Jeremy Abbott (227.63) complètent le podium en terminant respectivement 1er et 2ème. 
 
Les jeunes talents français ont également représenté les catégories couples et femmes. Avec des programmes consistants, ils ont démontré leur progression et leur volonté de se rapprocher de plus en plus des meilleurs patineurs mondiaux. Maé Bérénice Meité, 18 ans, a fini 5ème avec de belles combinaisons de sauts et une combativité appréciable. L’or a été décroché par l’Américaine Ashley Wagner. Dans les couples, Vanessa James et Morgan Cipres se sont rattrapés samedi avec une belle performance. Sur la musique de Pearl Harbor, ils ont réussi à transmettre l’émotion au public parisien. Les Russes, Kavaguti - Smirnov ont devancé les Canadiens Duhamel – Radford en tête vendredi, à l’issue du long. 
 
Les Bleus restent résolument des compétiteurs pleins d’ambition et donnent à la France un bon espoir pour les JO de Sotchi de 2014. 


Partagez avec Facebook

Le 20 novembre 2012

galerie photos
paris01.jpg
articles les plus lus
Pub

AccueilActualitéCultureInterviewGalerie photosÉditoQui sommes-nous?
Copyright © 2004-2008 lemagazine.info | tous droits réservés | Designé & Développé par Ilich Chamorro

SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0